Sellerie nautique

Rescue Line (le sac)

La sellerie marine, c’est aussi quelquefois des accessoires à améliorer ou remplacer. Les sacs à rescue line sont censés rester à poste tout l’été… Dommage pour certains à moindre prix, dont le sac est en simple Cordura, mais non UV (les sacs jaunes ou orange, souvent…). Le client qui a commandé sa capote en Stamoïd Top m’a demandé, avec les chutes, de lui confectionner un sac de remplacement, qui lui tiendra plusieurs années.

Le voilà donc tout neuf, assorti à la capote. Un reste de Sunbrella Plus Marine m’a permis de lui peindre un lettrage et de l’assortir avec son Lazy Bag couleur Burgundy.

Tissu Stamoïd Top, assemblage avec fil anti UV, boucles inox 316, et velcro qualité marine.

Capote de roof – Oceanis 321

Après quelques années à poste, y compris l’hiver, la capote en Sunbrella de ce voilier avait bien souffert. Il y avait bien eu quelques reprises manuelles des coutures, mais lorsque le cristal a lâché, plutôt qu’une ènième réparation de fortune, mon client a décidé de changer pour une nouvelle capote flambant neuve.

Etape 1 : la prise de gabarit

Elle se fait évidemment sur le voilier. Le client a réglé ses arceaux plus haut qu’à l’origine, pour que la capote ne gène pas la descente, et pour aménager des pare-brises plus grands. Les gabarits se prennent par un jour sans vent sans pluie, en redessinant minutieusement le réglage des arceaux.

Etape 2 : la confection

Les gabarits sont redessinés à l’atelier, et la confection commence. Pare-brise, avec son ouvrant, feuille, puis côtés.

Tout est évidemment cousu en fil anti-UV, l’accastillage (boucles et autres) est de qualité marine, comme l’est le cristal.

Etape 3 : l’installation

Enfin, c’est le moment de vérité. La capote est installée, et sur place se feront les dernières mises au point : enfilage sur la ralingue, réglage des sangles, mise en place des tenax qui tiennent aussi la capote sur le bateau.

Le soleil faisant son oeuvre, la chaleur de celui-ci finira de tendre la capote sur les arceaux en quelques jours.

Housse de barre – Feeling 10.40

Pour cette housse de barre, c’est un gabarit totalement sur mesure et pris sur le bateau qui a été utilisé. En effet, il faut s’avoir s’adapter avec la customisation des skippers : qui rajoute un porte gobelet, qui un support de tablette… Rien n’est plus standard, et c’est normal, l’équipement s’adapte à l’usage !

C’est ainsi qu’en faisant systématiquement un gabarit sur le bateau, pas de mauvaise surprise, les ajouts des propriétaires sont également protégés par la housse, et peuvent rester à poste.

Aussi, cela permet d’ajuster quelques détails : ici, rajouter des renforts extérieurs pour pouvoir éviter le raguage des bancs, et des renforts intérieurs pour le compas, la table… Et en haut, la pointe pour le support tablette.

Bref, un véritable sur-mesure !

A l’arrière
A l’avant

Housse de barre – Oceanis 323

Les housses de barre restent à poste l’hiver, c’est leur boulot… Mais du coup, elles sont soumises aux aléas climatiques les plus sévères. Celle de mes clients, l’ancienne, réalisée en tissu PVC blanc, avait moisi, les coutures avaient commencé à lâcher, bref, il était temps d’en changer.

Je suis repartie de l’ancien gabarit, pour le coup, en réajustant néanmoins les mesures. En effet, avec le temps, le tissu, quel qu’il soit, se déforme sous l’effet des UV et des intempéries. C’est pour cette raison qu’on ne repart jamais intégralement d’un tissu existant. Ici, ce fut la conjonction de l’ancien gabarit, et d’une reprise fine des mesures sur place pour pouvoir le redessiner intégralement.

Le tissu a été assorti au reste de leur sellerie, en Sunbrella Plus, qualité marine, couleur Captain Navy. Un petit ajout en Stamoïd Top blanc y met une petite touche graphique, tout en permettant un ajustement impeccable à l’arrière.

Sur-Matelas cabine arrière

Dans les cabines de bateau, les matelas 2 places sont souvent composés de 2 parties, 2 matelas solo rapprochés, en quelque sorte. Le propriétaire ne voulait pas sacrifier sa sellerie actuelle, encore en très bon état, mais simplement avoir une surcouche plus confortable, et qui évite le « trou » entre les 2 matelas.

Nous sommes donc partis sur la confection d’un sur-matelas, créé sur mesure. Les matelas de bateau ont des formes… particulières, disons. ils suivent l’arrondi de la coque, les décrochements du compartiment moteur, bref, ils sont tout sauf rectangulaires.

Voici donc un sur-matelas trapèzoïdal, avec un decroché dans la partie supérieure. D’épaisseur de 5cm en forte densité, il forme une couche d’accueil agréable, qui isole du froid l’hiver. Le coutil qui le recouvre est déhoussable, et évidemment lavable.